De la science et des pantoufles, MT180 revient avec une édition 100% en ligne cette année !

Mathilde Sarré-Charrier, candidate #4 de la team Cnam MT180 2021 !

10 mars 2021
18 mars 2021

Mathilde Sarré-Charrier représentera le laboratoire Dispositifs d'information et de communication à l'ère numérique-IDF du Cnam le 18 mars prochain lors de la finale HESAM Université du concours MT180. Sa thèse s'intéresse à la créativité au service de la prospective pour anticiper les évolutions de la société à long terme...

Sa thèse

« Dans un monde où les mutations sociétales et technologiques s’accélèrent, les techniques de créativité sont mobilisées pour imaginer des futurs possibles. Ces méthodes nourrissent l’innovation en apportant des solutions nouvelles aux questionnements sociétaux à long terme. Elles consistent à stimuler l’imagination des participants lors d’ateliers pour recueillir le maximum d’idées incluant les plus originales (phase de divergence), puis à sélectionner les concepts répondant au mieux au questionnement (phase de convergence). Or, un phénomène de nature paradoxale dénommé « creadox » été mis en évidence par les praticiens de ces méthodes. Il se caractérise par l’obtention d’un nombre considérable d’idées riches et nouvelles lors des phases amont de divergence, suivi d’une phase de convergence ne permettant pas de préserver l’originalité des concepts produits même s’ils s’avèrent adaptés au problème posé. Le « creadox » crée une entrave à la créativité et freine la prise en compte des concepts les plus novateurs pourtant nécessaires à construire l’avenir dans un contexte d’accroissement de l’incertitude. Il faut savoir que les idées sont fragiles lorsqu’elles émergent. Et les plus prometteuses sont aussi parfois les plus irréalistes, farfelues, déroutantes, iconoclastes ou atypiques. Il peut être alors difficile de les préserver pour les développer par la suite.

L’objectif de mon travail de recherche consiste à étudier en détail les mécanismes associés au « creadox » pour comprendre comment prendre soin des idées originales porteuses d’un avenir désirable. Je m’appuie sur le cadre théorique de la Sémiotique des Transactions Coopératives (STC) développé par Manuel Zacklad. La STC permet l’étude scientifique de la créativité en tenant compte de la flexibilité des rôles que peuvent jouer les individus tout au long du processus. Je mène également des entretiens d’explicitation sur la base de la méthode de Pierre Vermersch pour prendre en compte l’expérience vécue par les participants à ces ateliers. Cette méthodologie me permet de revenir en détail sur l’émergence des idées. Et j’analyse ensuite la manière dont elles se développent, et en particulier les traces qu’elles ont laissées dans des documents qui servent à écrire l’avenir. »

Son aventure MT180

« Une expérience pour démultiplier les échanges et m’aider à gagner en clarté dans mes recherches.

Tout d’abord j’ai eu envie de faire l’expérience de MT180 car elle contraste avec la finalité de la thèse à savoir « synthétiser » simplement et de façon la plus abordable possible un travail qui conduira à la rédaction d’un document de deux fois 180 pages. Relever ce défi va m’aider à gagner en clarté dans mes recherches.

Ensuite, pendant cette période d’éloignement, j’apprécie tout particulièrement de pouvoir démultiplier les échanges sur mon sujet de recherche, que ce soit sur le plan des techniques de communication ou bien sur le cœur de ma problématique. »

Rendez-vous le 18 mars de 15h00 à 17h00 pour découvrir les travaux de Mathilde et des 9 autres candidat.e.s d'HESAM Université dans une édition 100% en ligne !