Laboratoire interdisciplinaire de sociologie économique (Lise)

Mots-clés

  • Politiques & action sociale
  • Travail
  • Genre, droit & discriminations
Le Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (Lise) , est une unité mixte de recherche CNRS et Cnam (UMR 3320). Le Lise a pour ancrages principaux la sociologie du travail et des organisations, et la sociologie de l'entreprise. Il a rapidement développé des travaux reconnus dans le champ de la sociologie des solidarités sociales et d'une sociologie politique non conventionnelle de l'économie. Il se distingue par la constitution de pôles de recherche de référence nationaux et internationaux sur des objets tels que le travail social, l'économie sociale et solidaire, les relations professionnelles ainsi que le genre et les discriminations.

Axes & thèmes de recherche

Axe Travail

Le travail est un objet de recherche historique et central au Lise, qu’il soit saisi du point de vue de l’organisation productive, de l’emploi, du marché et des relations professionnelles et/ou de l’activité. Dans cet axe, se rencontrent près de cinquante chercheur.euse.s et doctorant.e.s, dont les objets et options méthodologiques diversifiés sont considérés comme des ressources pour penser.

L’ambition de l’axe est donc de proposer un espace d’échanges autour des recherches en cours ou récentes. Un des enjeux de l’axe est d’organiser un débat scientifique continu sur les productions et les méthodologies dans ce champ. Ainsi, l’organisation des séances de l’axe privilégie-t-il les présentations de travaux réalisés par des chercheur.euse.s du laboratoire, sans exclure l’invitation de collègues extérieurs, lorsque le thème du séminaire le permet.

Axe PASS : Politiques, action sociale et solidarité

Le champ de l’intervention sociale connaît des mutations profondes qui affectent autant les métiers du social que la rationalité des politiques publiques, aux niveaux national et international, mais proviennent aussi d’interventions citoyennes ou de nouveaux acteurs sociaux. Plutôt que d’analyser indépendamment ces transformations, l’axe Politiques, actions sociales et solidarités (PASS) se propose de les appréhender ensemble, pour rendre compte de l’interdépendance croissante entre les trois catégories d’acteurs : acteurs publics, professionnels et citoyens. Nous nous efforçons de penser les interrelations entre trois dimensions : l’étude des politiques sociales, de leur conception à leur mise en œuvre et leurs réceptions, de l’échelon international à l’échelon local ; la recherche sur les métiers et les publics de l’intervention sociale ; l’exploration des actions citoyennes, bénévoles ou militantes dans le champ du social. La fabrique de l’action sociale et des solidarités est ainsi appréhendée comme un processus multi-niveaux, où chaque catégorie d’acteurs participe à l’émergence et la transformation des catégorisations, des conceptualisations des problèmes publics, mais aussi des protections sociales, des étayages collectifs et des droits sociaux.

Axe G2D : Genre, droit, discriminations

Cet axe s’inscrit dans la continuité des travaux menés par le groupe Genre du Lise fondé en 2005. Depuis fin 2014, il s’est donné une thématique commune autour de laquelle les participant.e.s – internes ou externes au laboratoire – sont invité.e.s à intervenir : « Jeux de frontières : catégories, genre, politique ».

À  partir des terrains spécifiques à chaque chercheur.euse, le séminaire de l’axe invite à réfléchir au processus de « fabrication » des catégories dans les rapports de genre, dans le sens où celles-ci seraient appréhendées aussi bien comme outils de pensée et d’action contribuant à façonner les « mondes sexués ». Loin d’être figées, ces catégories mobilisées dans des espaces différents (travail et entreprise, famille, politiques publiques, action collective…), qu’elles soient de type juridique, administratif, statistique, socio-économique ou politique, sont traversées par des débats, des remises en cause, des conflits, des cristallisations qui engagent des acteur.rice.s et des institutions divers. Elles sont, en d’autres termes, le résultat d’un processus à géométrie variable, dont les étapes (genèse, institutionnalisation, transformation, éclatement) méritent d’être interrogés. C’est justement l’objectif du séminaire, qui envisage de s’intéresser à des « notions sous tension » dont l’étude permettrait de mieux comprendre l’évolution des relations de genre et la production des hiérarchies qu’elles engendrent.